DONATE

IN ENGLISH

EN FRANÇAIS

A Q&A with Yéréfolo Mallé
Trickle Up West Africa Regional Representative

1) What is child protection?

The Convention on the Rights of the Child (1989) outlines the fundamental rights of children, including the right to be protected from economic exploitation and harmful work, from all forms of sexual exploitation and abuse, and from physical or mental violence. It also stipulates that children will not be separated from their family against their will.

Child protection policies aim to ensure the consideration of the fundamental rights and needs of children, support their physical, emotional, intellectual, and social development and preserve their health, safety, moral behavior, and education, with respect to their rights.

Child protection includes preventive actions in favor of children and their parents, organizing the tracking and treatment of dangerous situations or risks of danger for children, and the administrative and judicial decisions taken for their protection.

2) Why is child protection an important topic in West Africa?

In most West and Central African countries, children and teenagers face a wide range of protection risks1, including child labor and sexual exploitation, sexual abuse and domestic violence, discrimination and rejection; for example, children accused of witchcraft, children with disabilities, and children affected by HIV/AIDS. Widespread poverty, chronic conflict, gender and generation relations, and certain cultural beliefs are major root causes for the exploitation and abuse of children. Systems for the social and legal protection of children are generally weak, inadequate, and poorly coordinated. Traditionally, families and communities have been the most important sources of support and protection for vulnerable children. However, urbanization, migration, and socio-political and economic crises are putting pressures on family networks and traditional safety nets and creating larger development problems in the region.

Burkina Faso like most countries in West Africa has ratified the Convention on the Rights of the Child (CRC) and the African Charter on the Rights and Welfare of the Child (ACRWC). But in practice, the enforcement of the rights of children as stipulated in these conventions collides with certain realities. Indeed, growing poverty, limited knowledge of laws, and inadequacies in the educational system hinder the enforcement of these treaties.

Child protection is an important issue in West Africa because of the prevalence of poverty, a lack of services, and a lack of awareness of child rights among the largely illiterate population. In addition, the mobility of children has a large impact on child protection for reasons including:

  • Economic Migration: Children or young people sometimes migrate in search of better living conditions in other locations. Children from the Sahel (Burkina Faso, Mali, and Niger), facing transgenerational poverty, choose to migrate to countries like Cote d’Ivoire, Guinea, or Ghana to make money from the cocoa plantations or gold mining sites. In addition, girl housekeepers move to urban or foreign areas. This situation has become complex in recent years because of thousands of young people who lose their lives crossing the Mediterranean Sea.
  • Criminal Actions: Child trafficking and the worst forms of child labor are among illegal activities that displace children in West Africa.
  • Foster Care: Children are placed with foster families for formal or religious education in different areas, but many end up working for the sole benefit of their tutor instead of receiving the educational benefits sought by their parents.
  • Conflicts or Disasters: Children move to seek shelter from conflict areas or after disasters. In West Africa, several countries have experienced wars that led to large population movements either within the country or to neighboring countries (Sierra Leone, Liberia, Cote d’Ivoire, Mali etc.).

From 2008 to 20102, a regional research project, supported by a broad platform of child protection agencies, helped document and analyze the multiple factors affecting the mobility of children and youth in West and Central Africa.

Long categorized only as child trafficking, the movement of children out of their usual place of residence for work or education leads in reality to highly diversified practices that are widespread throughout West Africa. Trafficking exists and is a criminal phenomenon that is fundamentally harmful and unacceptable. But it only covers a subset of the movements of children. When viewed in the broader context of mobility, we see a multitude of practices and experiences of children who move – including migration, fostering, adventure, educational opportunities, seeking safety, etc. – while keeping vigilant of trafficking and the worst forms of child labor. In discussing mobility with this broader lens, we can better understand the underlying motivations and logic, and better analyze children’s specific situations, instead of reducing the problem to the criminal dimension and its economic causes.

In reality, voluntary mobility may be an effective survival strategy. It can also facilitate social ascension and identity formation. The analysis shows that the heart of the problem is not mobility, per say, but the extreme vulnerability of children involved. The circumstances under which children move and live outside the family environment are the source of many dangers. Furthermore, the protection which children enjoy from institutional stakeholders (governmental and nongovernmental) and community actors (formal or informal) is insufficient, inadequate, or not adapted to their needs. By listening carefully to children who have experienced mobility, we can correct this deficiency. To judge the potential positive and negative aspects of the mobility of a child, it is important to balance opportunities and risks: risks associated with certain forms and practices of mobility versus risks of staying in the usual living environment. Some mobility offers new opportunities, but at what cost and with what chances of progress for the child?

3) Why is Trickle Up studying the effects of our programs on child protection in West Africa?

Because of the importance of child protection in West Africa, it is important for an organization like Trickle Up to try to understand the effects of our programs on children in households that receive our support. Indeed, it is important to note that our economic empowerment programs target the extreme poor, who often have children. Without anti-poverty interventions, the future of children from extremely poor households is marred by the cycle of intergenerational poverty.

However, while it is clear that anti-poverty interventions are necessary to address protection concerns for children living in extreme poverty, it is not clear whether they are sufficient to adequately address such concerns. Indeed, even beyond West Africa, the global evidence base is not conclusive on this issue. For this reason we are conducting an experiment in which we compare outcomes for households who receive our standard program, which is focused primarily on livelihood and economic development, to those who also receive an added sensitization component focused on promoting child rights and protection. Both groups are compared to a control group which will receive the intervention after the evaluation ends. Through this research, Trickle Up seeks to strengthen the impact of our programs on both adults and children in beneficiary households. Sensitization of parents and children on issues related to child protection increases parents’ awareness of the importance of sending children to school instead of pushing, or allowing, them to work in goldmining sites where they will be exposed to many dangerous forms of work, and face the possibilities of physical and sexual abuse, drug abuse, and prostitution, as well as addressing social norms around age of marriage and harsh forms of discipline.

4) What have you learned so far from the research on the effects of Trickle Up’s program on child protection in West Africa?

So far we have results following one year of program implementation. Even in this short time period we are seeing confirmation that, compared to the control group, the economic intervention for female caregivers reduces poverty-related stress and improves mother’s status, as well as significantly improving economic outcomes such as assets, income, and savings. These appear to be important mediating outcomes for children, and results from both research arms (economic strengthening alone and in combination with sensitization) show increases in spending on children.

However, awareness raising in combination with economic strengthening appears to play an important role in improving parental knowledge on the fundamental rights of children and awakens the systematization of the enforcement of children’s rights. This is apparent because many other such positive changes were only statistically significant for the combined (economic strengthening and sensitization) arm, including depression, harsh discipline, physical abuse, and self-reported food insecurity. This is despite qualitative data that suggests that reduced scarcity-induced tension within households has improved relationships and reduced harsh measures within both intervention arms. We also found positive attitude changes among caregivers related to child labor, early marriage, and harsh discipline.

All this suggests that while the economic strengthening component is key, it is also important to include program components that directly change attitudes about children in order to ensure that such economic investments reach children.

We also found that knowledge on child rights has allowed mothers to be involved in decision-making about the future of their children (school, work, marriage). These women become leaders, advisors, and caretakers on child protection issues within their households and communities.

We learned that the combination of an information/sensitization component on child rights in our economic empowerment programs can significantly increase the promotion of the welfare of the household.

5) How do you see these learnings potentially impacting how Trickle Up implements Graduation programs in West Africa?

In the implementation of Trickle Up’s Graduation programs in West Africa, it is important to build community awareness around child protection issues in order to realize the impact of economic empowerment in improving the well-being of household members, particularly children. This means that while households typically have an increased capacity to improve their livelihoods, the protection and development of household members’ well-being, including children, needs support. Trickle Up plans to adapt the design of our future projects in West Africa based on the findings of our research on child protection. We are committed to implementing evidence-based interventions that improve the lives of people living in extreme poverty and vulnerability, particularly women and children.

6) How could these learnings impact government social protection programs in Burkina Faso?

The Government of Burkina Faso is in the process of implementing a cash transfer program, which is operationalizing the national social protection policy adopted in September 2012. This is a safety net project funded by the World Bank called Burkin- Naong Sa Ya (End of Extreme Poverty in Burkina Faso). As a social protection actor, Trickle Up is currently developing a partnership with Burkin – Naong Sa Ya to potentially help inform the National Social Protection Policy through interventions to test the most effective means of promoting the productive potential of cash transfer recipients by supporting them to develop sustainable livelihoods. We will apply our learning from the study on child protection to the design of future projects including partnerships like this one.

While we need to do further assessment to determine the sustainability of results and to assess impacts that will likely take some time to become apparent, Trickle Up has already entered into a process of documenting and disseminating our research findings to date on the protective effects of the household economic empowerment associated with awareness building on child rights. We will be sharing these results with stakeholders including practitioners, researchers, and decision-making bodies within the Program Learning Group on child protection in Burkina Faso. This is a platform that has about 100 government agencies, UN agencies, civil society organizations, research institutions, and academic institutions. Many such stakeholders have already expressed considerable interest in the results of our evaluation. We hope that our research will influence these government entities and international organizations to consider the effects of economic development programs on children and implement evidence-based approaches that positively affect the well-being of children living in extreme poverty.

 

EN FRANÇAIS

Le programme Trickle Up peut-il aider à protéger les enfants en Afrique de l’Ouest?

Q & R avec Yéréfolo Mallé
Représentant régional de Trickle Up pour l’Afrique de l’Ouest

1) Qu’est-ce que la protection de l’enfant?

La Convention relative aux droits de l’enfant (1989) énonce les droits fondamentaux des enfants, y compris le droit d’être protégé contre l’exploitation économique et le travail dangereux, de toutes les formes d’exploitation et d’abus sexuels et de la violence physique ou mentale, ainsi que veille à ce que les enfants ne soient pas séparés de leur famille contre leur gré.

Les politiques de protection de l’enfance visent à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social et à préserver sa santé, sa sécurité, sa moralité et son éducation, dans le respect de ses droits.

La protection de l’enfance comprend des actions de prévention en faveur de l’enfant et de ses parents, l’organisation du repérage et du traitement des situations de danger ou de risque de danger pour l’enfant ainsi que les décisions administratives et judiciaires prises pour sa protection.

2) Pourquoi la protection de l’enfant est un sujet important en Afrique de l’Ouest?

Dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et du centre, les enfants et les adolescents sont confrontés à un large éventail de risques de protection1, y compris le travail des enfants et l’exploitation sexuelle, les abus sexuels et la violence domestique, la discrimination et le rejet; par exemple, les enfants accusés de sorcellerie, les enfants handicapés et les enfants touchés par le VIH / SIDA. La pauvreté généralisée, les conflits chroniques, les relations de genre et de génération, et certaines croyances culturelles sont les principales causes profondes de l’exploitation et de l’abus des enfants. Les systèmes de protection sociale et juridique des enfants sont généralement faibles, insuffisants et mal coordonnés. Traditionnellement, les familles et les communautés ont été les plus importantes sources de soutien et de protection pour les enfants vulnérables. Cependant, l’urbanisation, la migration socio-politique et les crises économiques mettent la pression sur les réseaux familiaux et les filets de sécurité traditionnels en créant de plus grands problèmes de développement dans la région.

Beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest comme le Burkina Faso, ont ratifié la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE) et la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant (CADBE). Mais dans la pratique l’application des droits des enfants tels que stipulés dans ces conventions, se heurte à certaines réalités. En effet, la pauvreté croissante, la connaissance limitée des lois et les lacunes du système éducatif entravent l’application de ces traités.

La protection des enfants est une question importante en Afrique de l’Ouest en raison de la prévalence de la pauvreté, le manque de services, et un manque de sensibilisation aux droits de l’enfant au sein de la population largement analphabète. De plus, la mobilité des enfants a un impact important sur la protection des enfants pour plusieurs raisons, notamment:

  • La migration économique: les enfants où les jeunes migrent parfois à la recherche de meilleures conditions de vie dans d’autres localités. En effet, les enfants des pays du Sahel comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger, face au défi de la pauvreté intergénérationnelle, choisissent de migrer vers des pays comme la Côte d’Ivoire, la Guinée ou le Ghana pour se faire de l’argent dans des plantations de cacao ou des sites miniers. Les jeunes filles déménagent souvent dans les centres urbains ou à l’international pour travailler comme domestiques. Cette situation est devenue complexe ces dernières années en raison des milliers de jeunes qui perdent la vie lors de la traversée de la Mer Méditerranée.
  • Les actions criminelles: la traite des enfants et les pires formes de travail des enfants sont parmi les activités illégales qui déplacent les enfants en Afrique de l’Ouest.
  • Le confiage : les enfants sont confiés à des familles pour des raisons d’apprentissage ou d’éducation formelle ou religieuse dans d’autres zones, mais finissent souvent par travailler au seul bénéfice de leur tuteur au lieu de recevoir les avantages éducatifs recherchés par leurs parents.
  • Les conflits ou catastrophes: dans ces cas les enfants se déplacent pour se mettre à l’abri. Dans la sous-région, plusieurs pays ont connu des guerres qui ont conduit à des grands mouvements de populations soit à l’intérieur du pays ou dans les pays voisins (conflit en Sierra Leone, au Liberia, en Côte d’Ivoire, au Mali etc.).

De 2008 à 20102, un projet régional d’étude, soutenu par une large plateforme d’agences de protection de l’enfance, a permis de documenter et d’analyser les multiples facteurs qui affectent la mobilité des enfants et des jeunes en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Longtemps assimilés à la traite des enfants, les mouvements d’enfants hors de leur lieu de vie habituel et à des fins de travail ou d’éducation donnent lieu, en réalité, à des pratiques très diversifiées, généralisées dans toute l’Afrique de l’Ouest. La traite existe et constitue un phénomène criminel, fondamentalement néfaste et inadmissible. Mais elle ne recouvre qu’une partie limitée des mouvements d’enfants. Lorsqu’on regarde dans le contexte plus large de la mobilité, nous voyons une multitude de pratiques et expériences des enfants qui se déplacent- y compris la migration, le placement, l’aventure, les possibilités d’éducation, la quête de sécurité, etc. – tout en restant vigilant de la traite et des pires formes de travail des enfants. En discutant de la mobilité avec cet objectif plus large, nous pouvons mieux comprendre les motivations sous-jacentes et logiques, et mieux analyser les situations spécifiques des enfants, au lieu de réduire le problème à la dimension criminelle et ses causes économiques.

En réalité, la mobilité volontaire peut être une stratégie de survie efficace. Elle peut aussi faciliter l’ascension sociale et la formation de l’identité. L’analyse montre que le cœur du problème n’est pas en fait la mobilité, mais l’extrême vulnérabilité des enfants impliqués. Les circonstances dans lesquelles les enfants se déplacent et vivent en dehors du milieu familial sont la source de nombreux dangers. De plus, la protection dont les enfants bénéficient d’acteurs institutionnels (gouvernementaux et non gouvernementaux) et des acteurs communautaires (formels ou informels) est insuffisante, inadéquate, ou non adaptée à leurs besoins. En écoutant attentivement les enfants qui ont connu la mobilité, nous pouvons corriger cette lacune. Pour juger les aspects positifs et négatifs potentiels de la mobilité d’un enfant, il est important d’équilibrer les opportunités et les risques: les risques associés à certaines formes et pratiques de mobilité par rapport aux risques de rester dans le milieu de vie habituel. Une certaine mobilité offre de nouvelles opportunités, mais à quel prix et avec quelles chances de progrès pour l’enfant?

3) Pourquoi Trickle Up étudie les effets de nos programmes sur la protection de l’enfant en Afrique de l’Ouest?

À cause de l’importance de la protection de l’enfant en Afrique de l’Ouest, il est important pour une organisation comme Trickle Up de chercher à comprendre les effets de ses programmes sur les enfants des ménages qui reçoivent notre soutien. En effet, il convient de noter que nos programmes de renforcement économique ciblent les ménages extrêmement pauvres qui ont souvent des enfants à charge. Sans ces interventions, l’avenir de ces enfants issus de ménages extrêmement pauvres est compromis par le cycle de la pauvreté intergénérationnelle.

Cependant, alors qu’il est clair que les interventions de lutte contre la pauvreté sont nécessaires pour répondre à des problèmes de protection des enfants vivant dans l’extrême pauvreté, on ne sait pas si elles sont suffisantes pour répondre adéquatement à ces préoccupations. En effet, même au-delà de l’Afrique de l’Ouest, la base mondiale de données n’est pas concluante sur cette question. Pour cette raison, nous menons une expérience dans laquelle on compare les résultats des ménages qui reçoivent notre programme standard, qui se concentre principalement sur les moyens de subsistance et le développement économique, à ceux qui reçoivent en plus, une composante de sensibilisation axée sur la promotion des droits et la protection des enfants. Les deux groupes sont comparés à un groupe témoin qui recevra l’intervention après la fin de l’évaluation. Grâce à cette recherche, Trickle Up vise à renforcer l’impact de nos programmes sur les adultes et les enfants dans les ménages bénéficiaires. La sensibilisation des parents et des enfants sur les questions liées à la prise de conscience de protection de l’enfance informe les parents de l’importance d’envoyer les enfants à l’école au lieu de les pousser (ou de les permettre) à travailler dans des sites d’orpaillage où ils seront exposés à de nombreuses formes dangereuses de travail, et face à des possibilités d’abus physiques et sexuels, de toxicomanie et de prostitution, tout en abordant les normes sociales autour de l’âge du mariage et des formes sévères de discipline.

4) Qu’avez-vous appris de cette étude?

À présent, nous avons des résultats après la première année de mise en œuvre du projet. Dans ce court laps de temps, nous voyons la confirmation que, par rapport au groupe de contrôle, l’intervention économique pour les femmes, réduit le stress lié à la pauvreté et améliore le statut de la mère, ainsi qu’améliore de manière significative les résultats économiques tels que les actifs, les revenus et les épargnes. Ceux-ci semblent être d’importants résultats intermédiaires pour les enfants, et les résultats des deux bras de recherche (renforcement économique seul et en combinaison avec la sensibilisation sur les droits de l’enfant) montrent une augmentation des dépenses sur les enfants.

Cependant, la sensibilisation en combinaison avec le renforcement économique semble jouer un rôle important dans l’amélioration des connaissances des parents sur les droits fondamentaux des enfants et éveille la systématisation de l’application de ces droits. Cela est évident car beaucoup d’autres changements positifs de la sorte ne sont que statistiquement significatifs pour le bras combiné (renforcement économique et de sensibilisation), y compris la dépression, la discipline sévère, la violence physique, et l’insécurité alimentaire. Ceci malgré les données qualitatives qui affirment que la réduction des tensions liées aux pénuries au sein des ménages a permis d’améliorer les relations et réduis les mesures sévères dans les deux bras d’intervention. Nous avons également constaté des changements d’attitudes positifs chez les femmes par rapport au travail des enfants, le mariage précoce et la discipline sévère.

Tout cela indique que tandis que la composante de renforcement économique est clef, il est également important d’inclure des composantes du programme qui changent directement les attitudes au sujet des enfants, afin d’assurer que ces investissements économiques atteignent les enfants.

Nous avons également constaté que les connaissances sur les droits de l’enfant ont permis aux mères de participer aux prises de décisions par rapport à leurs enfants (école, travail, mariage). Ces femmes deviennent leaders, conseillères et garantes des questions de protection de l’enfance au sein de leurs familles et de leurs communautés.

Nous avons appris que la combinaison d’une composante d’information / sensibilisation sur les droits de l’enfant dans nos programmes d’autonomisation économique peut augmenter de manière significative la promotion du bien-être du ménage.

5) Comment voyez-vous ces apprentissages impacter potentiellement sur comment Trickle Up met en œuvre les programmes de graduation en Afrique de l’Ouest?

Dans la mise en œuvre des programmes de graduation de Trickle Up en Afrique de l’Ouest, il est important d’associer des composantes d’information/formation des populations sur les questions de protection de l’enfance dans le but de voir un impact du renforcement économique dans l’amélioration du bien-être des membres du ménage notamment des enfants. Cela veut dire qu’en même temps que les ménages reçoivent des capacités pour améliorer leurs moyens d’existence, il faudra également des programmes d’accompagnement sur la protection et le développement du bien-être socio-économique des membres du ménage dont les enfants. Trickle Up entend adapter la conception de nos futurs projets en Afrique de l’Ouest sur la base des résultats de nos recherches sur la protection des enfants. Nous nous engageons à mettre en œuvre des interventions fondées sur des données probantes qui améliorent la vie des personnes vivant dans l’extrême pauvreté et de la vulnérabilité, en particulier les femmes et les enfants.

6) Comment ces apprentissages pourraient impacter les programmes gouvernementaux de protection sociale au Burkina Faso?

Le Gouvernement Burkinabé est en train de mettre en œuvre un programme de transferts monétaires qui est une opérationnalisation de sa politique de protection sociale adoptée en Septembre 2012. Il s’agit d’un projet de filets sociaux financé par la Banque Mondiale dénommé « Burkin-Naong Sa Ya » (la fin de l’extrême pauvreté au Burkina Faso). Trickle Up qui est un acteur de la protection sociale est en train de développer un partenariat avec Burkin – Naong Sa Ya et ainsi pourrait contribuer à renseigner la politique Nationale de Protection Sociale à travers ses interventions axées sur l’apprentissage et la production d’évidences. Nous allons appliquer notre apprentissage de l’étude sur la protection des enfants à la conception de projets futurs, y compris des partenariats comme celui-ci.

Alors que nous devons faire une évaluation plus poussée afin de déterminer la durabilité des résultats et d’évaluer les impacts qui vont probablement prendre un certain temps à se manifester, Trickle Up a déjà conclu un processus de documentation et de dissémination des résultats de la recherche menée sur les effets protecteurs du renforcement économique des ménages couplé avec la sensibilisation sur les droits de l’enfant. Nous allons partager ces résultats avec les acteurs praticiens, les chercheurs et organismes chargés de prises de décisions dans le cadre de l’animation du Groupe d’Apprentissage des Programmes (GAP) sur la protection de l’enfance qui est opérationnel au Burkina Faso. Il s’agit d’une plateforme qui compte environ une centaine d’agences gouvernementales, d’agences des Nations Unies, d’organisations de la société civile, d’institutions de recherche et d’institutions académiques. Beaucoup de ces parties prenantes ont déjà manifesté un intérêt considérable dans les résultats de notre évaluation. Nous espérons que notre recherche va influencer ces entités gouvernementales et les organisations internationales pour examiner les effets des programmes de développement économique sur les enfants et mettre en œuvre des approches fondées sur des données probantes qui influent positivement le bien-être des enfants vivant dans l’extrême pauvreté.

[1] http://www.unicef.org/wcaro/english/overview_6585.html

[2] Quelle protection pour les enfants de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Terre des Hommes, Simboro Seydou, 30 Décembre 2011