Transforming Village Associations into VSLAs in Niger

Trickle Up is collaborating with the World Bank in five countries in the Sahel (Burkina Faso, Chad, Mauritania, Niger, and Senegal) to put in place effective social protection systems that address the needs of people living in extreme poverty. Launched in March 2014, The World Bank’s Adaptive Social Protection (ASP) program determined that seven productive measures, including the facilitation of savings groups, would be implemented to increase the resilience of poor households currently benefiting from cash transfers.

These seven measures are similar to the key steps in the Graduation Approach, the program Trickle Up implements globally. Trickle Up joined the ASP in 2017 to share our expertise in the Graduation Approach, adapting coaching for scale, and facilitating the formation of savings groups, also known as Village Saving and Loans Associations (VSLAs), by training field agents.

Village Associations vs. VSLAs

Across Niger, there exist Village Associations – cooperatives created according to the government’s law on Rural Cooperatives of 1996. These groups collect contributions from members to create a common fund, from which they fund collective activities like animal husbandry, market gardening, and more. Most of the members benefit from other social safety net programs like cash transfers, which allow them to afford regular contributions to the Village Association. One group I met was contributing up to 5,000 CFA ($9.40) per month each to the Village Association from their cash transfers.

Currently, these Village Associations do not run according to the VSLA approach, which has been shown to increase resilience and financial literacy. A Village Saving and Loans Association is a community microfinance institution that collects savings from individual members and provides low-interest loans to its members from the pool of savings. Members earn interest on their savings when loans are paid back with interest. VSLAs also impose penalties on members who breach the rules, as determined by each VSLA. VSLAs generally operate on annual cycles, at the end of which members decide to distribute the funds generated among each other. Typically, each VSLA also creates a solidarity fund to support members who encounter difficulties or setbacks, such as an illness or death in the family, fire, or other disaster.

A group is categorized as a VSLA based on the following principles:

  • Affinity grouping: Members know each other and come from similar economic backgrounds with common interests.
  • Autonomy of management: Members of the VSLA are in control of the group’s resources and rules. Field Agents and Village Agents should never seek to manage the affairs of a VSLA on behalf of its members.
  • Periodic meetings with accounting based on the participation of all: All financial transactions (savings, loans) are conducted during a full meeting of the VSLA to ensure transparency and accountability.
  • Existence of a solidarity fund: Members contribute not only to their savings, but also to a separate fund to support members in need, which is distributed upon group consensus.
  • Purchase of shares: Savings are generated when members purchase shares in the VSLA. The value of 1 share varies in Burkina Faso, from 100 to 200 CFA ($0.19-0.38). Members are required to purchase between 1 and 5 shares per VSLA meeting to encourage saving.
  • Lending and repayment: The fund for loans is the sum total of the shares currently owned by members, the interest generated by previously repaid loans, and payments for penalties. Each member is allowed to take a monthly loan, and repayment is spread over 3 months with an interest rate of around 5-10%. Members are not allowed to accumulate loans.

Under the VSLA method, interest generated increases the value of shares over the course of the yearlong cycle, which leads to long-term sustainability of the group. Village Associations, however, run the risk of not being able to sustain operations if government cash transfers end. In fact, I met the president of a Village Association in Niger in March 2017 who was concerned with this exact issue of durability.

As part of our program in Niger, we supported the transformation process of the Village Associations to VSLAs.

We conducted a workshop in May 2017 to train the field agents, made up of government staff from the Social Safety Nets Unit, who then proceeded to select and train Community Resource Persons as coaches for the project. After receiving training on the VSLA methodology, the field agents and coaches helped 706 Village Associations become VSLAs.

In November 2017, we visited communities in the project for a post-training follow-up mission to ensure that trainers could really apply their learning and develop their long-term skills in the VSLA approach. We observed group meetings and took notes on areas of improvement. We also took the opportunity to strengthen the field agents’ teaching skills.

The creation of new VSLAs is just one component in the ASP program, meant to complement the consumption support, which often comes in the form of cash transfers that ensures short-term food security and supports access to healthcare and education.

VSLAs build financial literacy and savings, and offer access to low-interest loans to grow livelihood activities.

Together, the components of the program, including the development of livelihoods, build resilience to ensure that after the cash transfers end these families will not fall back into extreme poverty. VSLAs are a very successful way to ensure sustainability and continuous access to financial services in these communities. We are excited to see how this project continues to progress over the next three years.


Transformation d’Associations Villageoises en Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) au Niger

Trickle Up travaille en collaboration avec la Banque mondiale dans cinq pays du Sahel (Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger et Sénégal) pour mettre en place des systèmes efficaces de protection sociale qui répondent aux besoins des personnes vivant dans l’extrême pauvreté. Lancé en mars 2014 par la Banque mondiale, le programme de protection sociale adaptative (ASP) a déterminé sept mesures d’accompagnement productif, y compris la facilitation de groupes d’épargne, pour accroître la résilience des ménages pauvres qui bénéficient actuellement des transferts monétaires.

Ces sept mesures d’accompagnement productif sont semblables aux étapes clés de l’approche de graduation, le Programme que Trickle Up implémente dans le monde. Trickle Up a rejoint le programme ASP en 2017 pour partager son expertise dans l’approche graduation à travers l’adaptation du coaching à l’échelle ainsi que la facilitation de la mise en place de groupes d’épargne et de crédit, également connu sous le nom d’associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC), par la formation des agents de terrain.

Des associations villageoises aux AVECs

Au Niger, il existe des Associations villageoises – coopératives créées selon les lois du gouvernement sur les coopératives rurales en 1996. Ces groupes recueillent des contributions des membres pour créer un fonds commun, d’où elles financent des activités collectives comme l’élevage, le maraîchage et autres activités. La plupart des membres bénéficient d’autres programmes de protection sociale comme les transferts monétaires qui leur permettent d’apporter des contributions régulières à l’Association villageoise. En Mars 2017, j’ai rencontré un groupe dont chaque membre contribuait jusqu’à 5 000 CFA (9,40$) par mois à l’Association villageoise à partir de ses transferts monétaires.

Actuellement, ces Associations villageoises ne fonctionnent pas selon le modèle AVEC, qui a été introduit pour augmenter la résilience et l’éducation financière. Une association villageoise d’épargne et de crédit est une institution de microfinance communautaire qui rassemble les épargnes des différents membres et fournit des prêts à faible intérêt à ses membres du fonds de l’épargne. Les membres gagnent des intérêts sur leurs fonds lorsque les prêts sont remboursés avec intérêt. Les AVECs  imposent également des sanctions aux membres qui violent les règles, tel que déterminées par chaque AVEC. Les AVEC fonctionnent généralement en cycles annuels, à l’issue desquels les membres décident de distribuer les fonds générés entre eux. En règle générale, chaque AVEC crée également un fonds de solidarité pour aider les membres qui rencontrent des difficultés, comme une maladie ou le décès dans la famille, un incendie ou toute autre catastrophe.

Un groupe AVEC fonctionne selon les principes suivants :

  • Regroupement par affinité : le membres se connaissent et viennent de milieux économiques semblables ayant des intérêts communs.
  • Autonomie de gestion : les membres de l’AVEC contrôlent les ressources et les règles du groupe. Les agents de terrain et les Agents Villageois ne devraient jamais chercher à gérer les affaires d’une AVEC au nom de ses membres.
  • Des réunions périodiques avec la comptabilité basée sur la participation de tous : toutes les transactions financières (épargne, prêts) sont menées lors d’une réunion de l’AVEC afin d’assurer la transparence et la responsabilisation.
  • Existence d’un fonds de solidarité : chaque membre mobilise non seulement l’épargne mais aussi contribue au fonds de solidarité pour soutenir les membres dans le besoin, qui est accordé sur un consensus de groupe.
  • Achat de parts : les épargnes sont générées lorsque les membres achètent des parts dans l’AVEC. La valeur d’une part varie au Burkina Faso, de 100 à 200 FCFA (0,19-0,38$). Les Membres sont autorisés à acheter entre 1 et 5 parts par réunion AVEC.
  • Prêt et remboursement : le fonds de crédit est la somme totale des parts actuellement détenues par les membres, les intérêts générés par les prêts remboursés précédemment et les paiements des sanctions. Chaque membre est autorisé à demander un prêt mensuel, et le remboursement est échelonné sur 3 mois, avec un taux d’intérêt d’environ 5 à 10 %. Les membres ne sont pas autorisés à accumuler des crédits.

Selon la méthode AVEC, l’intérêt suscité augmente la valeur des actions au cours du cycle annuel, ce qui conduit à la viabilité à long terme du groupe. Les associations villageoises, cependant, courent le risque de ne pas être en mesure de mener des opérations soutenues si les transferts monétaires du gouvernement prennent fin. Sur ce fait, j’ai rencontré la Présidente d’une Association Villageoise au Niger en mars 2017 qui était préoccupée par cette question de durabilité.

Dans le cadre de notre programme au Niger, nous avons soutenu le processus de transformation des associations villageoises en AVECs. 

Nous avons réalisé un atelier en mai 2017 pour former les agents de terrain, composés de fonctionnaires qui travaillent au Projet Filets Sociaux, qui ont ensuite sélectionné et formé les personnes-ressources communautaires comme coaches pour le projet. Après avoir reçu une formation sur la méthodologie AVEC, les agents de terrain et les coaches ont aidé 706 associations villageoises à devenir des AVECs.

En novembre 2017, nous avons effectué une visite post formation dans les communautés cibles du projet pour nous assurer que les formateurs formés parviennent à vraiment appliquer les enseignements reçus et développer leurs compétences à long terme dans l’approche AVEC. Nous avons observé des réunions de groupe AVEC et pris notes sur les domaines d’amélioration. Nous avons également profité pour renforcer les compétences des agents de terrain dans l’enseignement de l’approche AVEC.

La création des nouvelles associations est juste une des composantes du programme ASP, elle vise à compléter les transferts monétaires souvent assimilables à l’appui à la consommation de l’approche de graduation, et assure ainsi la sécurité alimentaire à court terme et prend en charge l’accès aux soins de santé et d’éducation. 

Les AVECs renforcent les épargnes et l’éducation financière, et offrent l’accès à des prêts à faible intérêt pour développer des activités de subsistance.

Ensemble, les composantes du programme, y compris le développement des moyens de subsistance, visent à renforcer la résilience pour s’assurer qu’après les transferts monétaires, les ménages bénéficiaires ne retombent dans une pauvreté extrême. Les associations villageoises d’épargne et de crédit sont un moyen très efficace pour assurer la durabilité et un accès continu à des services financiers dans les communautés, et nous sommes impatients de voir comment ce projet continue de progresser au cours des prochaines trois années.

Yéréfolo Mallé is the West Africa Regional Representative and is based in Trickle Up’s West Africa office in Ouagadougou, Burkina Faso. Yéréfolo began his development career organizing market gardeners into associations and supporting them with seeds and infrastructure for their trade. This focus on working with market gardeners and communities continued as he moved from […]

Related Story

Empowering Women Farmers

In early 2021, the Trickle Up team launched a two-year initiative in Odisha, India, with philanthropic grant support from the Walmart Foundation. Currently underway with NGO and government partners after careful planning and preparation, the Ultra-Poor Market Access...